Brin de toilette c'est fini !


Comme vous le savez, j'ai récemment eu le bonheur d'accueillir mon deuxième enfant et après quelques mois à tenter de concilier équilibre familial et investissement dans mon commerce, je fais le choix de la sérénité.

Beaucoup d'émotions sont donc à l'œuvre dans mon cœur. De la fierté d'avoir tenté l'expérience, d'avoir réussi (à peu près) ce que j'avais en tête. De la tristesse de dire au revoir aux clients, artisans et partenaires. De la nostalgie de ces moments passés à travailler seule dans et pour ma petite remorque chérie. De la joie d'avoir tant appris. Du respect à l'égard de tous ces entrepreneurs rencontrés, travailleurs acharnés aux idéaux chevillés au corps. De l'envie de recommencer bientôt, un nouveau projet plus mature, riche de cette expérience acquise et dans un contexte personnel plus propice.

Je tenais à vous remercier très fort. Votre bienveillance m'a portée et me porte encore. J'ai tant de souvenirs incroyables ! En vrac : ce gentil monsieur qui alors que je gelais en janvier m'a acheté un savon, d'un couple qui a fait un gros détour spécialement pour faire le plein de produits chez moi, de ce jeune homme qui a attendu tout le long de mon congé maternité pour pouvoir se racheter des savons, de tous ceux qui m'ont aidé à manoeuvrer la grosse remorque, tous ceux qui ont compati à la difficulté de tenir un commerce, tous ceux qui m'ont conseillé, complimenté, raconté leurs propres expériences et bien sûr mes lieux partenaires Brin d'herbe, Le Rheu Maraîchers, La Garden Partie... qui y ont cru et m'ont donné l'espace nécessaire.

Enfin, cette aventure entrepreneuriale a renversé la vision que j'ai de nos modes de consommation. J'avais quelques idées floues sur la question, j'ai maintenant des convictions. Le commerce de proximité c'est la vie. C'est la garantie d'une consommation plus raisonnée, moins futile. C'est un achat qui rémunère dignement chaque travailleur intervenant sur le produit. C'est le renforcement du lien social et donc de l'entraide, de la compréhension et de la tolérance. C'est le bon sens. C'est la fin de ce capitalisme qui fait tant de dégâts. Acheter local franchement c'est mieux que d'aller voter.